VOTRE SÉCURITÉ > SALAGE ET DÉNEIGEMENT

Neige, verglas… Comment les services techniques municipaux sont-ils organisés en cas d’intempéries hivernales ? Deux plans de la ville vous aideront à comprendre la méthode mise en place par la municipalité en cas d’offensives neigeuses ou verglaçantes.

Les agents des services techniques de la ville auront, au préalable, passé des semaines à ramasser les feuilles mortes et élaguer les arbres, préparant au mieux la ville à passer l’hiver.

 

Véhicules et matériels :

Pour affronter les désagréments hivernaux, la municipalité  dispose :

  • D’un camion de 19 tonnes tractant une saleuse, équipé d’une lame de déneigement, utilisée pour les grands axes de la commune,
  • d’une saleuse-portée sur un petit camion permettant de passer sur les routes qui ne sont pas prioritaires,
  • d’un tracteur, muni d’une saleuse que l’on peut monter à l’arrière,
  • trois épandeurs-poussés à sel pour les cheminements et le déneigement devant les bâtiments publics,
  • d’une réserve de sel : le Centre Technique Municipal vient de rentrer en préventif  24 tonnes de sel en vrac et il y a en stock 50 tonnes de sel en big bag. Soit environ 70 tonnes de sel pour intervenir sur les voiries dès les premiers flocons…

Deux plans de déneigement :

 

Pour la nuit et le week-end 

Une équipe d’astreinte des services techniques municipaux est mise en place du 15 novembre au 15 mars chaque nuit et chaque week-end, dédiée aux alertes de verglas ou de neige. Elle veille à suivre le « plan de déneigement prioritaire » mis en place par la municipalité. Elle ne peut, chacun peut le comprendre, saler et déneiger la totalité des rues de la commune à elle seule.

 

Pour la semaine

Pendant la semaine, les équipes prennent le relais de celle du plan prioritaire et poursuivent avec le second plan, le «plan de déneigement par équipe ».

Pendant les phénomènes de chute de neige ou les périodes de verglas, tous les véhicules municipaux sont déployés dans les rues pour saler et déneiger. La priorité est toujours donnée aux grands axes, aux ronds-points et aux équipements publics, comme les écoles par exemple).

A noter enfin que lorsque les alertes météorologiques fonctionnent, les équipes s’organisent pour un salage préventif.

 

Bon à savoir :

 
  • Terville compte plus de 35 kms de voiries et 125 rues et places.

 

  • Le déneigement a un coût : en heures de travail, en personnel et en sel. Selon les années, le sel coûte à la municipalité tervilloise entre 5 000 et 10 000 euros.

 

  • En Allemagne et au Luxembourg, le choix a été fait de ne pas saler, pour des raisons environnementales et de coûts. C’est pourquoi les véhicules sont équipés obligatoirement de pneus neige.

 

  • Le sel détériore fortement les voiries et pollue la nappe phréatique et les réseaux d’assainissement. Les pouvoirs publics se doivent donc de saler de manière réfléchie et intelligente.

 

  • Les effets du sel par infiltrations dans les sols sont néfastes pour les nappes phréatiques aussi insignifiantes soit-elles. De plus, la pénétration du sel dans les sols peut réduire leur perméabilité. A n’en pas douter pour la flore le sel est un facteur aggravant de dépérissement des arbres et des plantes confondus… par extension la faune est aussi touchée si elle s’abreuve dans les ruissellements d’eau ou si elle se nourrit des végétaux à proximité des épandages de sel.

 

  • Sachez qu’en cas d’intempéries, la loi responsabilise les riverains pour dégeler et/ou déneiger la partie de trottoir qui longe leur habitation. Il incombe à chacun d’assurer le passage en sécurité des passants devant chez lui. Si votre trottoir est large, un cheminement minimum est requis.

 

  • Acheter du sel ? Chacun n’est pas forcément disponible au moment utile pour s’exécuter. Il peut donc être judicieux d’agir préventivement, par exemple la veille en soirée, en se conformant aux bulletins météo et en s’équipant de sacs de sel vendus en grandes surfaces et dans les magasins de bricolage. Le sel reste efficace entre trois et quatre jours, à condition d’avoir été répandu avant la chute de neige. Verser du sel n’a un résultat que si un brassage est effectué par des passages répétés (piétons, véhicules…). Le recours au sable est également déconseillé. Il vous appartiendrait ensuite de balayer pour le faire disparaître du trottoir.

 

  • Comment déneigeait-on autrefois ? Après quelques jours de tempêtes, tout le monde déblayait à la pelle la route à l'entrée du village. Il fallait déneiger aussi la ligne du tram. Parfois des chevaux traînaient une étrave en bois, en forme de triangle, pour ouvrir les routes. Source : cyberechos.creteil.iufm
Du 27 novembre au 8 décembre 2017, à la médiathèque
Exposition retraçant le parcours des jeunes lors de projet
Vendredi 1er décembre 2017, à partir de 20h, au 112
TRUST + Guests
Samedi 2 décembre 2017 à 18h
Assemblée Générale du Tennis Club Tervillois